Pages

samedi 19 octobre 2013

Le travail, théatre de création.

Yasmine Youssi écrit dans le Télérama n°3327 :"A travers leurs œuvres, les artistes nous révèlent à nous mêmes, à nos vies et à nos émotions. Ils nous permettent de comprendre le monde et de mieux l'appréhender quand il ne tourne pas rond".
Une étude publiée en octobre 2013 dans la revue américaine Science s'intéresse à la manière dont l’œuvre d'art peut influencer notre rapport, notre ouverture au monde et aux autres. Au centre de cette investigation les psychologues mettent en place un protocole de recherche permettant d'évaluer le développement de l'empathie devant une œuvre littéraire et non littéraire.
Depuis quelques années l'art et particulièrement le théatre et le cinéma, se penchent sur la question du travail, sa place dans la société néolibérale, ses effets sur la santé des travailleurs. Ces tentatives souvent réussies sont nécessaires, tant le monde du travail a besoin de cet éclairage distancié et puissant que lui offrent la scène de théatre et le 7e art.


Nos recommandations du mois : 
Éloge de la motivation, de la performance et du dépassement de soi par la Compagnie du Détour. Ici trois spécialistes du travail viennent nous faire l'apologie de la réussite à tout prix. Pour Agnès Laroque metteur en scène "Le travail peut sauver, il peut tuer aussi".

Elisabeth ou l’Équité : de Frederic Fisbach. Cette pièce de théatre décrit  les effets pervers de l'investissement aveugle mais sincère d'une salariée, engagement qui participe de l'aliénation lorsqu'il alimente une organisation de travail pathogène. Cet investissement du travailleur dans le contexte décrit, renvoie à une terminologie spécifique en psychodynamique du travail,  le "Zèle".
 
Pour terminer, nous souhaitons signaler la sortie prochaine du film de  Marc-Antoine Roudil "Le prince Miaou" qui en 2006 coréalisait avec Sophie Bruneau, Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés,  documentaire remarquable sur la souffrance au travail, tiré du livre de Marie PEZE qui a également inspiré le théatre (exemple du collectif 18.3 en 2012). Cette fois le réalisateur s'attache à suivre une artiste française atypique et talentueuse, dans son processus de création. Originalité de la démarche : en traitant du  processus créatif de cette "bricoleuse" et  du rapport subjectif qu'elle entretient avec son art, c'est encore une fois  le travail qui est au cœur de ce documentaire.

Agenda : Avril 2014 Soirée spéciale "Théatre et travail" à St Herblain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire