Pages

mercredi 11 septembre 2013

Les promesses du travail.

"Le travail et le hors travail ne sont pas disjoints, ils ne peuvent être interprétés l'un sans l'autre". affirme Christophe DEJOURS dans le documentaire réalisé par Jean Michel CARRE J'ai très mal au travail.
Sauf dans de rares cas de clivage, l'identité personnelle et professionnelle sont unies par les fondations psychiques, éthiques, morales du sujet. Sa vision du monde, son système de valeurs, ce qui fait que le sujet est sujet exclusif. La subjectivité est au centre du travail comme elle l'est dans les relations sociales ou amoureuses. Parle moi de ton travail, tu me parleras de toi, ou plus précisément, parle moi de ton travail quand il t'a donné satisfaction et j'en saurai plus sur toi. La subjectivité est l'un des thèmes récurrents de la psychodynamique du travail, dans les enjeux psychique du travail Pascal Molinier cite Michel henry philosophe de la phénoménologie " Le monde est traversé par une vie qui est la mienne , je suis la vie du monde" rapport de l'être au sensible, aux choses, au monde, unique et impénétrable.

"La centralité du travail , le rapport au travail ne peuvent pas être neutre" soit, il permet de nous accomplir soit il nous détruit. Le travail est plein de promesses, promesse d'accomplissement, de construction de l'identité, de mobilisation de l’intelligence comme de la créativité. Promesse de satisfaire des représentations et promesse symbolique. Il est aussi destructeur pour le corps et la santé mentale."Le travail comme promesse c'est la possibilité de s'accroitre soi même, du point de vue de la santé mentale...d'accroitre son corps".

Corps qu'il faut entendre dans la diversité de ses manifestations, comme le précise Philippe DAVEZIES dans sa note de lecture du livre de Marie PEZE "le deuxième corps" : "corps anatomique, mais aussi corps mémoire de l’histoire psychique, corps creuset de l’intelligence pratique, enfin, corps formaté par les contraintes sociales, par les rapports sociaux de travail comme par les rapports sociaux de sexe". L’approche psychosomatique de l'auteure permet aussi d’alerter sur le fait que des activités sans possibilités d’expression et de développement personnel constituent une grave menace pour la santé des salariés.
Christophe Dejours psychanalyste, psychiatre, professeur au Conservatoire national des arts et métiers développe une pensée au carrefour de plusieurs disciplines (ergonomie, psychanalyse, psychologie du travail). Cette approche compréhensive et pluridisciplinaire permet de développer un axe de réflexion pertinent sur la société du travail et les perspectives à venir.
 Pour en savoir plus sur Christophe DEJOURS

A lire : Travail usure mentale, le facteur humain, souffrance en France, la Panne: Christophe DEJOURS; Les enjeux psychique du travail: Pascale MOLINIER; Le deuxième corps Marie PEZE.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire