Pages

vendredi 20 septembre 2013

Le travail à l'épreuve de la barbarie : la culture liquidée

La révision générale des politiques publiques lancée le 10 juillet 2007 avait trois objectifs: mieux adapter les administrations aux besoins des usagers, valoriser le travail des fonctionnaires, réduire les dépenses publiques pour revenir à l’équilibre budgétaire. Faire mieux et moins chers. Comment faire mieux avec moins de moyens et moins de ressources humaines? Comment repenser structurellement un système sans penser aux traumatismes historico-culturels causés? 
L'expérience de cet agent reçu au sein de la consultation et  évoquant la "liquidation" de la culture de son administration est éloquente. La négation de la spécificité de son travail, du lien qui l'unissait à ses collègues (ce qui les soudaient), à ses partenaires, ses règles de métier. Tout ça, fondu, noyé, dilué dans une politique générale gestionnaire de fonds. 
On fait mieux? Le "mieux" serait semble t-il évalué, avec un critère unique, l'économie financière. Économie de moyen, économie de l'humain,  de son patrimoine. 

Qu'en est-il de son économie psychique? Cet agent évoque une directrice nommée afin d'impulser une nouvelle culture, celle du "mieux et moins chers", alors qu'elle ne connaît pas l'administration, ses codes. On formule des équivalences réductrices : travail = production,  en oubliant par exemple l'antique distinction entre poïesis et praxis,  "travail production et  travail action". On associe des notions antagonistes : culture et chiffre, en confondant appréciation qualitative et logique quantitative.  En détournant le sens des mots, en opérant un glissement sémantique, les repères sont brouillés. 
C'est à la culture que s'attaque en premier lieu la barbarie, afin d'éliminer ce qui fait lien en permanence entre les individus, leur histoire commune, leur langage, l'essence de leur identité, en définitive ce que l'on qualifie dans une république de "concorde sociale"et dont le chef de l'état est garant. En niant le lien, l'attachement qu'une personne a construit, noué, et qui lui permettait de s’investir dans un travail de qualité, c'est l'humain dans son intégrité psychique et affective qui est nié, car "il n'y a pas de dévouement sans affect" (Yves Clot). Le système de valeurs de ces agents qui en fait des sujets appartenant à une communauté, leur identité n'est pas reconnue. Toute tentative de défense de la dimension identitaire est alors qualifiée de résistance, d'inadaptation au changement, de positionnement figé, contre productif. A l'heure où l'on parle de repli identitaire, de repli communautaire excluant, l'appartenance à cette communauté de valeurs "incluantes" (du point de vue religieux, ethnique, sexuel...) est cimentée par une notion forte, une référence partagée au "bon boulot": la qualité d'un service public, d'un travail bien fait, une référence à la beauté du geste, qui fait sens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire